Kennerton Thror

Thror

Neuf

Casque orthodynamique ouvert.

Le Thror est à l'écoute à Nîmes

Sur commande pour l'instant

Plus de détails

3 600,00 €

Fiche de données

Type Planar ou orthodynamique
Transducteur 80 mm
Réponse en fréquence 12-65000 Hz
Impédance 35 Ohm
Sensibilité 100dB
Câble Détachable 2m

Plus d'information

Ma vidéo de présentation du Kennerton Thror

Pour mes écoutes, j’ai comparé le Thror à un odin MKII afin d’essayer de bien comprendre ce que ce nouveau Thror peut bien apporter en plus, ou bien sûr si c’est le cas, en moins

Les deux casques ont été écoutés avec en source, un DAC Auris D1D alimenté par un serveur NUC sous Linux + Daphile, et mon amplificateur XI Audio Formula S.

j’ai choisi l’amplificateur XI Audio Formula S parce que dans une gamme de prix proche de celle du Thror, c’est l’amplificateur le plus « juste » et le plus transparent que j’ai à ma disposition.

Avec l’amplificateur Formula S j’entends que le Kennerton Thror apporte un certain nombre de choses en plus de l’Odin. Tout d’abord, il est mieux aéré. La restitution « respire » davantage, j’entends plus d’espace entre les instruments et les interprètes. Toujours par rapport à l’Odin, les voix de la gamme bas médium jusqu’au haut médium sont pour mes oreilles plus justes, dans le sens où moins « chargées » de matière, moins consistantes. Moins organiques. Le Thror dégraisse davantage et par là même, me procure un message que je trouve personnellement plus propre.

Je comprends en revanche que l’on puisse préférer le son très plein de l’Odin. Ce qui en fait a fait son grand succès et qui à présent se retrouve dans de moindres proportions avec le Thror.

L’aigu que m’offre le Thror file subjectivement un tout petit peu plus haut, mais surtout il est bien plus incisif et mordant. Il ne présente pas plus de richesse harmonique mais il est mieux focalisé et libéré d’un surplus de matière

Le Thror est plus rapide dans le grave, il descend avec une réponse impulsionnelle mieux maitrisée et du coup, son grave est moins empâté, plus propre, plus véloce, ce qui peut donner la fausse impression qu’il descend moins bas, mais ce n’est pas le cas.

Pour terminer, j’en envie de dire que techniquement, le Thror est une très belle avancée technique par rapport à l’Odin, qu’il me donne une musique mieux lisible et plus crédible.